Portail d’information sur la communauté haitienne de France

PRENS LA : traduction en créole haïtien de "Le Prince" de Machiavel

Par le philosophe Henock Franklin

ll Principe en créole

La question du langage est le principe même de la philosophie, elle est l’exigence prééminente de l’esprit. En ce sens, la première démarche du philosophe c’est d’aborder cette question et de mettre entre parenthèses tous les mythes sur le sujet. L’homme est un être de langage, ainsi tout manque de cette authentique faculté entraine une désubstantialisation, une desessentialisation de l’individu.

J’ai expliqué tout cela dans mes principaux ouvrages Moun demounize, Moun Pokofòn. D’où la naissance de la philosophie mounale qui se donne pour mission d’amener les hommes à prendre conscience de leur état de gens désubstantialisés (moun demounize, san nannan) et de leur permettre d’atteindre le moment soto (moman soto a) ; le moment où l’esprit sort de lui-même et où l’humain devient véritablement homme (yon nonm soto, ki pa demounize). Ainsi, pour qu’une langue puisse être un outil d’investigations, c’est à dire un instrument que l’esprit pourra utiliser dans sa démarche de compréhension et de conception du monde ; cette langue doit être dotée d’une littérature propre ; et de surcroît, elle doit être porteuse des grands textes de la littérature universelle.

C’est dans ce sens que j’ai décidé de traduire en créole Il Principe de Machiavel, l’un des ouvrages les plus lus après le livre des judeo-chrétiens. Cette oeuvre d’une importance considérable dans l’histoire des idées va inaugurer la modernité politique en rompant, on ne peut plus, radicalement et définitivement avec la tradition classique de la philosophie politique.

Dès sa parution, ce livre va susciter autant d’admiration que de haine. Certains critiques seront d’accord avec tout le discours de ce texte, mais d’autres y voient plutôt une déchéance de l’esprit et vont jusqu’à mettre à l’index toute la pensée du secrétaire florentin. C’est ainsi qu’on va qualifier Le Prince de Bible des dictateurs, de ce monstrueux ouvrage écrit avec les doigts de Satan dont l’auteur est un apôtre du mal.

En tout cas, ce qui fait la valeur de l’ouvrage c’est l’originalité avec laquelle Machiavel aborde la question du pouvoir et le rôle de l’Etat dans la cité. Désormais, une seule question se pose : Comment prendre le pouvoir et le garder ? Sur ce point, de nombreux critiques, non des moindres, considèrent cette oeuvre comme une simple technique. Mais ce n’est pas si simple ; car même si on a le pouvoir, il faut faire preuve d’intelligence politique pour le garder.

Sources : http://www.moisducreole.com/


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 320269

Site réalisé avec SPIP 1.9.2a + ALTERNATIVES

     RSS fr RSSCréation littéraire RSSSélection d’ouvrages   ?

Creative Commons License